Façons de communiquer

La communication joue un rôle essentiel dans notre vie. Elle nous permet d’exprimer ce que nous sommes et d’établir un rapport avec les autres. Elle ne suppose pas seulement de parler et d’écouter, mais également de comprendre et d’interpréter.

Comment la maladie d’Alzheimer affecte-t-elle la communication?

La maladie d’Alzheimer affecte la capacité de s’exprimer et de comprendre ce que les autres disent. Le maintien des relations avec son entourage devient plus difficile, particulièrement en ce qui a trait à la communication verbale. Parmi les changements les plus courants, on notera que la personne :

  • éprouve de la difficulté à trouver ses mots;
  • crée de nouveaux mots pour remplacer ceux qui ont été oubliés;
  • répète sans arrêt un mot ou une phrase (persévération);
  • arrive difficilement à organiser ses mots pour créer une phrase logique;
  • utilise un langage vulgaire ou injurieux;
  • revient à la langue apprise pendant l’enfance;
  • parle moins que d’habitude.

Selon la qualité et la durée du sommeil, le niveau de stress et autres troubles médicaux, la personne pourra vivre de bonnes journées, tandis que d’autres seront plus difficiles.

Comment s’y prendre pour communiquer

Les bonnes relations se fondent sur une communication respectueuse, attentive et soutenue. Vous trouverez ci-dessous des moyens de mieux vous comprendre, vous et la personne atteinte de la maladie d’Alzheimer.

  1. Informez-vous sur la maladie d’Alzheimer, sa progression et ses répercussions. À mesure que les aptitudes de la personne diminuent, vous pouvez apprendre à mieux interpréter ses messages en prêtant attention aux indices verbaux et non verbaux.
  2. Sachez que la communication est possible à tous les stades de la maladie. Ce que la personne dit, ce qu’elle fait et la manière dont elle se comporte ont une signification. Ne perdez jamais de vue la personne et ce qu’elle essaie de vous dire.
  3. Mettez l’accent sur ses aptitudes et ses capacités. Si la personne n’arrive plus à se faire comprendre en parlant, vous pouvez tenter d’interpréter ce qu’elle essaie de vous dire en faisant appel à votre intuition et à ce que vous connaissez d’elle. Pensez à d’autres formes d’expression, comme l’art, la musique ou d’autres activités permettant de maintenir et d’améliorer la communication.
  4. Utilisez un ton rassurant et positif. Essayez de lui inspirer un sentiment de confiance et de sécurité en l’entourant d’objets familiers, et encouragez-la à communiquer à sa façon. Le rire et l’humour offrent de bons moyens de passer à travers les moments difficiles.
  5. Prenez la personne telle qu’elle est maintenant et acceptez la nouvelle réalité. Si sa perception de la réalité s’embrouille, essayez de passer à autre chose plutôt que de réagir négativement. Évitez de la contredire ou d’essayer de la convaincre que ce qu’elle croit n’est pas vrai ou inexact.

Les difficultés de communication peuvent décourager la personne et sa famille. Essayez de penser à de nouvelles manières de faire plus imaginatives pour vous comprendre et maintenir vos liens. Les stratégies centrées sur la personne, et non sur la maladie, obtiendront du succès. Dans cette perspective, la personne est mise au premier plan, avec son individualité, ses valeurs personnelles et sa propre expérience de vie.

La communication avec une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ne s’apprend pas du jour au lendemain. Il faut beaucoup de patience et de persévérance. Souvenez-vous que l’objectif est d’ÉTABLIR UN LIEN avec la personne et non pas de la CORRIGER.

AVANT DE PARLER

Réduisez les sources de distraction autour de vous. Par exemple, baissez le volume de la télé ou de la radio.

Regardez la personne dans les yeux et utilisez son nom lorsque vous lui parlez.

Assurez-vous que la personne porte sa prothèse auditive ou ses lunettes si elle en a besoin.

Certaines personnes ont de la difficulté à reconnaître les membres de leur famille ou leurs amis. Il est donc préférable de se présenter et de leur rappeler qui vous êtes.

COMMENT PARLER

Approchez-vous suffisamment pour que la personne voie votre expression faciale et vos gestes.

Parlez clairement, à un rythme légèrement plus lent et utilisez des phrases simples.

Posez des questions précises qui peuvent se répondre simplement par un « oui » ou par un « non ».

Faites preuve de respect et de patience. N’utilisez pas un langage enfantin ou humiliant. Ne parlez pas de la personne comme si elle n’était pas là. Essayez de l’inclure dans la conversation avec les autres.

COMMENT ÉCOUTER

Écoutez attentivement ce que la personne dit et prenez note également de la communication non verbale.

Soyez patient et n’interrompez pas la personne même si vous pensez que vous savez ce qu’elle veut dire. Si elle éprouve de la difficulté à trouver ses mots, vous pouvez lui offrir une suggestion, dans la mesure où elle semble vouloir se faire aider.

Voyez à ce que la communication se fasse dans les deux sens. Mettez la personne à contribution dans la conversation.

Si vous n’êtes pas certain de ce qu’elle dit, évitez de faire des suppositions. Essayez de vérifier avec elle si vous avez bien compris.

AUTRES MANIÈRES DE COMMUNIQUER

Ajoutez des gestes à vos paroles. Par exemple, si le moment est venu de faire une promenade, pointez du doigt en direction de la porte, ou apportez-lui son manteau ou son gilet pour illustrer ce que vous aimeriez faire. Le langage gestuel, comme faire un signe de la main ou imiter une action, peut aider la personne à comprendre ce que vous dites.

L’humour peut également vous rapprocher et réduire la tension. Il s’agit d’une bonne thérapie. On peut s’aider en riant ensemble de ses erreurs ou des possibles malentendus.

Si la personne semble triste, encouragez-la à exprimer ses sentiments. Pour lui apporter du réconfort, montrez-lui que vous l’aimez et que vous avez beaucoup d’affection pour elle.